2018: mer agitée, destination ensoleillée

C’est le moment de l’année où beaucoup d’auteurs et d’auteures font leur bilan personnel et professionnel de l’année. Faire le point, focaliser et mieux organiser la suite des choses.

Attention : long billet expressif. 🙂

1. Mot-clé de 2018

J’ai résumé 2016 par le mot rencontre et 2017 par focalisation.

Pour 2018, ce sera une expression maritime : mer agitée. Ce qui est loin d’être négatif, croyez-moi!

Depuis que j’ai amorcé ma réorientation de carrière (rappel : c’était pour mieux gérer moi-même mon existence, travailler plus efficacement en conformité avec ma dynamique et mieux m’adonner à l’écriture), je suis (métaphoriquement) le maître de mon propre navire.

Mais diriger un navire, même si cela apporte une grande liberté et permet d’aller où l’on a besoin d’aller, cela demande une attention constante, de composer avec les récifs, les vents, les imprévus, les détours, etc. 2018 a été sur plusieurs plans une année agitée : démarrage d’une activité de travailleur autonome, déménagement de Québec à Montréal, implantation dans une nouvelle ville… Et j’en omets d’autres. Beaucoup de remue-ménage! Mais « mer agitée » ne veut pas dire « tempête cauchemardesque » : quand on est le capitaine de son bateau, on a tout le loisir d’évaluer la situation et de déployer les ressources adéquates. Et de naviguer vers sa destination.

Cette vie me convient : je sais toujours l’état exact de ma situation et j’ai la capacité de mettre en place ce qu’il faut pour avancer, sans avoir à attendre après un boss. Et en fin de compte, je passe toujours par des îles ensoleillées. 🙂 Et le navire de mon chum n’est jamais loin. 😀 Comme ceux des gens que j’aime. 🙂

2. Révision linguistique

Sur ce plan, mon année de démarrage s’est révélée supérieure à mes prévisions. Un travail autonome prend généralement trois ans avant d’être pleinement fonctionnel et rentable. La première année est la plus difficile, c’est celle où les nouveaux abandonnent le plus souvent. Dans mon cas, sans atteindre le rendement que je vise pour la troisième année, mes activités ont connu un rendement nettement supérieur à celui de mes prévisions. J’ai déjà des mandats à l’agenda pour janvier prochain, et plein d’idées pour aller en chercher d’autres.  

Surtout, la vie de travailleur autonome me plaît! Je travaille fort, aux heures où je suis le plus efficace, et je coupe mes journées à des moments précis pour prendre l’air ou aller au gym de mon immeuble. Quand on travaille à l’ordinateur, il est primordial de s’éviter les migraines et autres blocages de dos!

3. Côté littéraire

Notre arrivée à Montréal a coïncidé avec le Congrès Boréal, où j’ai remporté le prix Aurora-Boréal pour ma nouvelle érotique La nuit aux trois démons. Une agréable surprise, surtout que c’était la première fois que j’essayais ce genre de texte. Fait intéressant : j’ai su que beaucoup de lecteurs parlent de ce texte aux éditeurs d’Horrificorama, disant avoir été marqués par celui-ci. De mon côté, plusieurs lecteurs m’ont dit avoir trouvé ce texte délicieusement effrayant – alors qu’il n’y a aucun gore ni (quasiment) mort sanglante. Aurais-je trouvé une nouvelle manière de faire de l’épouvante (sourire ironique ici :-p )?

Le retour à Montréal m’a été bénéfique sur le plan littéraire. C’est purement personnel, mais la métropole me stimule beaucoup, aussi ai-je pu enfin mettre en place tous les éléments de mon deuxième roman, dont la genèse a été assez difficile. On se croise les doigts pour qu’il sorte dans le courant de 2019! En attendant, c’est Le Jeu du Démiurge qui est sorti en format poche (j’adore les illustrations!) – et qui m’a permis de rencontrer d’autres lecteurs enthousiastes au Salon du Livre de Montréal. (Sans oublier trois cégépiens très allumés qui m’ont interviewé pour leur cours de journalisme.)

Dans la foulée du SLM, j’ai décidé de faire une suite au Démiurge – ou plutôt un autre roman situé plus tard dans le même univers. 🙂 J’y reviendrai plus bas.

Quant aux cours de création littéraire que je voulais prendre à l’UQAM… eh bien, j’ai renoncé. Pour le moment. Pas que le sujet ne m’intéressait pas, mais je me suis rendu compte que je n’avais pas l’énergie d’aller m’asseoir trois heures par semaine dans une classe, même pour le fun. Il était préférable de garder ce temps et cette énergie pour continuer à apprendre mon art par moi-même et faire avancer mes projets. Je ne regrette pas : j’ai pu bosser sur mon troisième roman et sur mon gros projet de science-fiction. (Focalisation, c’était le mot de l’année dernière, mais il reste toujours pertinent!)

4. Projets littéraires en 2019

Après avoir examiné tous les projets en cours, voici ceux que je vais prioriser en 2019 (ce qui ne veut pas dire que ce sont mes seuls projets sur le feu 😉 ) :

  • Le Monstre #2, évidemment – celui qui est annoncé sur le site des Éditions Alire.
  • Le Monstre #3, issu d’un recyclage de trois des quatre projets du « Défi d’Automne ». Une histoire fantastique (quoique, avec moi…) dont je compte rédiger le premier jet en 2019.
  • Projet de science-fiction : je ne sais pas quel(s) numéro(s) de monstre il aura, mais j’ai enfin débloqué ce projet que je traîne depuis six ans. La construction de l’arrière-monde est complexe et se double de la construction d’une histoire du futur tout aussi complexe. J’ai enfin trouvé les points d’ancrage pour commencer cette construction. Mon objectif pour 2019 : construire l’histoire, l’univers, les personnages et esquisser les intrigues. De manière à pouvoir rédiger tout cela en 2020.
  • Une « suite » au Jeu du Démiurge : beaucoup de lecteurs me demandent une suite, et j’ai toujours dit que si j’avais une idée intéressante, je ne mettrai pas les deux pieds sur la pédale de frein – tout comme je ne mettrai pas les deux pieds sur l’accélérateur. Trop de « suites » me semblent bâclées et inférieures aux œuvres premières, et hors de question de commettre cette erreur avec le monde du Démiurge. Toutefois, j’ai une idée d’approche pour une suite qui me trotte en tête depuis un bout. Je n’étais pas sûr de me lancer, mais Élisabeth Vonarburg, lors d’une discussion sur un tout autre sujet, m’a communiqué une étincelle de son énergie et m’a donné le goût de me lancer. Ceci dit, ne retenez pas votre souffle : pour 2019, je vais m’acheter un gros cahier Clairefontaine pour noter mes idées par-ci par-là et laisser le tout se construire. (Bon, en fait j’ai acheté ce cahier il y a deux jours, mais j’attends le 1er janvier pour l’inaugurer – ce sera mon geste littéraire symbolique du Nouvel An.)

5. Au-delà du Je-Me-Moi

Les bilans de fin d’année sont souvent personnels, centrés sur soi. Je les considère comme importants, toutefois : ce sont des partages, et les autres sont libres de les visiter ou pas. Mais je veux faire un effort pour aller vers l’autre : y a-t-il quelque chose dans mon année qui peut être vraiment utile à quelqu’un d’autre?

Si : cette figure du site Psych2Go, repérée par mon chum et que j’ai partagée sur ma page Facebook d’auteur.

45045115_2212537219019118_3673643827878428672_n

Aussi : si vous avez l’impression que votre existence vous éloigne de vos vrais rêves, n’hésitez pas à vous demander si vous pouvez faire d’autre choix. Et à vous demander éventuellement quoi faire pour vous naviguer vers ces choix – le tout sans éperonner qui que ce soit (après tout, on navigue rarement seul). Et si vous embrassez de nouveaux choix de vie, n’ayez pas peur des moments difficiles : rappelez-vous toujours pourquoi vous avez agi de la sorte!

En fin de compte, vous arriverez toujours à bon port, là où il fait soleil. 🙂

4 réflexions sur « 2018: mer agitée, destination ensoleillée »

  1. J’aime bien l’expression mer agitée, mais je crois qu’elle rend bien compte de ton année. En tout cas, heureuse de te voir naviguer avec tant de joie!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Marianne ^!^ Ton parcours de navigation de la dernière année fait aussi plaisir à voir 🙂

      J'aime

      1. Je pense que 2018 a été pour moi synonyme d’apprentissage de la navigation!

        J'aime

  2. C’est comme le vélo, une fois que c’est appris… (Dit celui qui n’a jamais appris à faire de vélo :-p )

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close