Ma première Fierté littéraire

Le mercredi 11 août dernier, j’ai participé à ma première Fierté littéraire. Première pour moi, mais le festival en était à sa dixième édition. Du 9 au 14 août, à travers neuf activités (et dans le contexte plus vaste de la Fierté de Montréal), il a présenté au public une quinzaine d’œuvres issues de membres de la communauté LGBTQ+ ou d’alliés.

Fierté littéraire n’est toutefois pas juste un festival : c’est avant tout un organisme culturel, dirigé par le journaliste Denis-Martin Chabot et présidé par Claude Lalande, dont la mission est de mettre de l’avant la production littéraire des membres de la communauté. Rappelons-le, être LGBTQ+, ce n’est pas seulement une question d’orientation sexuelle, de genre, etc. : c’est aussi être associé à une expression artistique, une production littéraire, un humour… Être LGBTQ+, c’est présenter une myriade de facettes – et ici la facette littéraire est à l’honneur (sans négliger les autres).

Cette année, la programmation de Fierté littéraire, sous le thème Les mots qui démasquent, proposait huit activités majeures : Le Cabaret littéraire; Le grand effeuillage littéraire; L’espace littéraire sécuritaire; Le combat aux mots; On rit p’us, on lit avec Barbada; Transpoésies; La diversité en toutes lettres; et Transports littéraires. Sans oublier une présence à la journée communautaire rituelle organisée dans le Village.  

Pour ma part, j’ai eu l’honneur d’être invité à l’activité On rit p’us, on lit, animée par la drag queen Barbada, bien connue, entre autres, pour son heure du conte à la bibliothèque nationale du Québec. En tant qu’auteur gay, j’ai pu y parler du Sculpteur de vœux, lequel présente plusieurs aspects queers indiscutables (si vous ne me croyez pas, allez vous procurer votre exemplaire pour vérifier 😜 ). Ont suivi une lecture d’un extrait du roman par Barbada, puis des entrevues/lectures avec les auteurs et auteures Pierre Brassard (Oratorio), Marc Maillé et Richard Bradley (Frissons et Fracas), Julie Vaillancourt et Julie Antoine (Histoires vraies).

Philippe-Aubert Côté, Pierre Brassard, Julie Vaillancourt, Denis-Martin Chabot, Barbada, Marc Maillé, Julie Antoine et Richard Bradley

On peut visionner la totalité de l’événement ici :

Le jeudi, j’ai été pris par notre annuel 12 août j’achète un livre québécois (avec une agréable séance de dédicaces à la librairie Le Renard perché), avant d’assister, le vendredi, à l’événement La diversité en toutes lettres. À celui-ci participaient, entre autres, Laurent Maurice Lafontant, président de la Fondation Massimadi (responsable du festival des films et des arts LGBTQ+ Afro du même nom) et auteur du livre La dernière lumière de Terrexil, et Shayne Michael, auteur autochtone dont j’ai pu me procurer le recueil de poésie Fif et sauvage.

On peut visionner la rencontre ici :

Ma participation à Fierté littéraire a été l’occasion de rencontres, de découvertes et de discussions intéressantes, sans oublier quelques bons fous rires! L’année prochaine, je le mets à coup sûr à mon agenda pour ne rien en manquer : nous avons au Québec une littérature queer, issue d’une grande diversité de gens et recouvrant une grande diversité de genres littéraires, qui mérite d’être soutenue et encouragée!

Encore merci pour l’invitation! 😄

Lien vers la chaîne YouTube de Fierté littéraire

Lien vers la page Facebook de Fierté littéraire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s