Les fictions de genre

Livres
Source : Pixabay

Table des matières

  • Pourquoi « fictions de genre »?
  • L’accent mis sur l’extraordinaire
  • Concepts clé

Pourquoi « fictions de genre »?

Littératures de l’imaginaire. Littératures des genres de l’imaginaire. Genres de l’imaginaire. Littérature de genres. Il y a plusieurs façons de désigner la science-fiction, le fantastique, la fantasy et l’épouvante.

Dans ces fiches, j’emploie volontairement l’expression « fiction de genre » pour désigner toutes les fictions (qu’il s’agisse de littérature, de cinéma, de bande dessinée…) regroupées sous les étiquettes de science-fiction, fantastique, fantasy et épouvante. Je préfère cette expression aux « littératures de l’imaginaire » , « genres de l’imaginaire» ou « littératures de genre» qu’on entend souvent. Ces formulations sont valables, toutefois elles sont limitantes ici : bien que je sois premièrement écrivain, je m’intéresse (et consomme) d’autres médiums, comme la bande dessinée et le cinéma (moins les séries télé et pas les jeux vidéo, par contre). Tous ces médiums coexistent et sont en interactions: parler de l’imaginaire en nous limitant à un seul d’entre eux ne rend pas justice à la réalité. C’est pourquoi je préfère employer ici l’expression « fiction de genre », pour désigner tout ce qui se produit dans les genres de l’imaginaire.

Pour s’y retrouver, ayez seulement ceci à l’esprit : les littératures de l’imaginaire, aussi appelées « littératures de genre », appartiennent aux fictions de genre. En revanche, un film de fantasy, tout en étant une fiction de genre, n’entrerait pas dans la catégorie « littérature de genre ».

Les éléments théoriques présentés ici s’appuient sur mon expérience et les lectures qui m’ont marqué. Le choix de ces éléments reflète ma vision des choses. Même si je cite mes sources, ces réflexions ne reposent pas sur une recension exhaustive de la littérature spécialisée et n’ont aucune prétention universitaire. Du reste, malgré que je sois auteur de science-fiction et réviseur linguistique, je n’appartiens pas fondamentalement au domaines des lettres : je suis à la base biologiste et bioéthicien. Mon but ici n’est donc pas de dialoguer avec les universitaires littéraires, mais seulement de fournir des éléments de réflexion aux explorateurs passionnés.

Enfin, les réflexions présentées ci-après concernent le domaine de l’imaginaire. Je n’aborde pas la littérature dite « générale », sauf pour critiquer ce concept dans une fiche à part. La raison est simple : les fictions de genre sont ce qui m’intéressent, ce sont celles auxquelles je m’adonne et il y a fort à parier que si vous êtes ici, c’est parce qu’elles vous intriguent! Alors, focalisons notre attention dessus.

L’accent mis sur l’extraordinaire

Qu’est-ce qui caractérise les fictions de genre? Toutes présentent des histoires avec des « choses extraordinaires ». Ces dernières détonnent par rapport à ce que le lecteur observe dans son environnement physique et biologique. Cet élément détonnant, ce peut être une créature, une technologie, un pays étrange ou une époque autre que la nôtre (ex. : le futur de l’an 802 701).

Il y a deux éléments à considérer : 1) si les éléments extraordinaires présentés dans le récit sont extraordinaires pour le lecteur et 2) comment ces éléments sont extraordinaires pour les personnages mis en scène dans le récit.

La réponse à la première question permet généralement de trancher si une histoire appartient ou non aux fictions de genre. Si elle présente des événements ou des créatures extraordinaires pour le lecteur, cette histoire peut être considérée comme appartenant aux fictions du genre. Ces éléments extraordinaires doivent, toutefois, être réels pour les protagonistes du récit. Par exemple, si le protagoniste consomme un stupéfiant et voit un extra-terrestre, l’élément extraordinaire (ici l’extra-terrestre) n’est pas réel pour le protagoniste : le récit ne peut, d’emblée, s’inscrire dans les fictions de genre.

La réponse à la seconde question permet de classer le récit dans la science-fiction, le fantastique ou la fantasy — pour l’épouvante toutefois, un autre critère s’applique. Vous verrez comment dans les rubriques consacrées à chacun de ces genres.


Concepts clés

  • Élément extraordinaire.
  • Élément extraordinaire pour le lecteur.
    • L’élément extraordinaire pour le lecteur permet de classer le récit parmi les fictions de genre.
  • Élément extraordinaire pour le protagoniste.
    • Élément extraordinaire réel, non halluciné.
    • Selon rapport avec le protagoniste, l’élément extraordinaire permet de classer le récit dans la science-fiction, le fantastique et la fantasy.

 

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close